Empire State Building

L'Empire State Building

Empire State Building

Bien qu'il ait été construit dans le but de recevoir des bureaux et des touristes, l'Empire State Building a aujourd'hui deux autres fonctions : maintenir l'unité de Manhattan, il se trouve à l'intersection de la 5ème Avenue et l'Ouest de la 34ème rue, du haut de ses 381 mètres, visible depuis n'importe quel endroit de la ville, rappelant à tous les habitants que pendant près d'un siècle il a été le bâtiment le plus grand du monde.
Et puis il reflète aussi les sentiments des New-Yorkais. En effet, ses lumières prennent différentes couleurs selon l'actualité : après les attaques du 11 septembre 2001, elles étaient rouges, blanches et bleues (les couleurs su drapeau des Etats-Unis) ; le bleu a recouvert le bâtiment lors de la mort de Frank Sinatra (son surnom était "Ol' Blue Eyes") ; ce fut au tour du jaune pour la sortie du film des Simpsons et puis du rouge, jaune et rouge encore pour féliciter la victoire de l'équipe espagnole de football lors de la coupe du monde 2010.

Empire State Building : une vue exceptionnelle

Gratte-ciel de New York

Il existe l'option de se rendre au sommet du building pour découvrir l'impressionnante vue sur les gratte-ciel de Manhattan. Incontournable, puisque beaucoup disent que vous ne verrez pas vraiment la ville tant que vous ne serez pas monter au dernière étage. Cependant, il existe aussi une autre option, permettant d'obtenir le même résultat mais depuis des salles plus confortables et intimes.

Les bars d'hôtels situés sur les toits (comme par exemple celui le High Bar du Gramercy Park Hotel, 2 Lexington Avenue) offrent des vues similaires sur les bâtiments de New York mais avec l'avantage de les observer en prenant un verre et surtout sans les centaines de touristes autours de vu qui se battraient, à 381 mètres au-dessus du sol, pour profiter eux aussi de la vue.

Autres avantage : celui de ne pas entendre la légende urbaine sur les personnes se suicidant du haut de l'observatoire à l'époque de la Grande Dépression (ou crise de 1929). Nous parlons de légende puisque le bâtiment n'a ouvert ses portes qu'en 1931 (soit deux ans après le krach boursier de krach boursier de Wall Street) et ne peut donc être vraie.

Un building qui fera la une des journaux

La plus célèbre d'entre elles est certainement celle relatant l'accident du 28 juillet 1945 lorsqu'un bombardier B-25 s'est écrasé sur l'Empire State Building juste après la fin de la seconde Guerre Mondiale. L'avion était destiné à Newark mais le pilote s'est perdu et le brouillard épais du samedi soir ne lui permis de retrouver la visibilité qu'une fois au milieu des gratte-ciel de New York. Il a cependant réussi à en éviter quelques-uns mais il n'a rien pu faire avec l'Empire State Building. Il s'est alors écrasé au niveau du 79ème étage, contre les bureaux du National Catholic Welfare Council. Onze employés sont morts en plus des trois membres d'équipage. Le building quant à lui n'a pas souffert de gros dégâts.

Le retour de King Kong

Empire State Building

La plus grande publicité faite à l' Empire State Building est certainement celle de la scène mythique du film King Kong de 1933, où l'immense singe grimpe au sommet de l'édifice dans le but de protéger la femme qu'il porte dans sa main pour finalement être abattu par des avions armés de mitrailleuses. La scène est absolument fascinante et il est difficile de ne pas se remémorer la scène une fois face ou dans l'Empire State Building.

Cependant, aucune brochure ne raconte l'autre image de King Kong et du building.

En 1983, 50 ans après la sortie du film, l'Empire State Buiding a perdu de son charme et ne fait plus trop parler de lui. Quelque chose devait être fait pour ranimer l'intérêt des gens pour lui. C'est là qu'apparaît le Californien Robert Keith Vicino, un expert en publicité à base de supports gonflables.

Vicino contacte les propriétaires du building et leur fait une proposition : un ballon gonflable de 40 mètres de haut représentant King Kong qu'ils accrocheraient à la façade de l'Empire State en hommage au film et pour faire la publicité de l'édifice. La fabrication coûterait 100 000$, il prendrait lui même les frais à son compte en échange de le laisser le temps que toutes les télévisions du monde diffusent les images, au moins dix jours au total. Les représentants de l'Empire State acceptent sans vraiment hésiter et les propriétaires, Harry Hemsley (directeur d'hôtel millionnaire) et Leona Hemsley (propriétaire d'un véritable empire immobilier), avaient même loué des avions biplans pour ajouter au réalisme de la scène.

Mais le 7 avril, King Kong ne reflétait plus du tout sa grandeur et sa forme, il apparaissait dégonflé. Il se balançait d'un côté à l'autre de la façade, cassant quelques fenêtres à chaque mouvement.

Plus de huit jours et 650 000$ ont été nécessaires pour rendre à King Kong son apparence initiale. Le 14 avril, la bête avait finalement repris de ses forces et s'élevait dans le ciel comme jamais. Mais quelques minutes plus tard, l'euphorie retombait de nouveau au rythme du dégonflage de King Kong. Il sera alors définitivement décroché et oublié.