Musique à New York : jazz, punk, folk...

Musique à New York : jazz, punk, folk...

Certains disent que les rues de New York ont comme le rapide changement de tempo des improvisations de jazz. D'autres pensent qu'elles ont la mélodie triste de la musique folk. Ses rues bruyantes et si animées peuvent être également comparées à de la musique salsa ou à celle des nouveaux groupes de musique indie. Tout est imaginable. Depuis que New York a gagné une grande importance au niveau mondial au cours du XXème siècle, tous types de genres musicaux se sont développés au sein de l'énergie de la ville qui ne dort jamais.

Les musiques à New York

Ne choisir un seul des styles de musique cités auparavant serait une erreur et une négation de l'esprit de fusion et de flexibiltié de la ville. Voici un petit guide des trois genres clés de musique qui ne seraient pas ce qu'il sont aujourd'hui sans New York City...

Jazz

Jazz

Le jazz est arrivé à New York aussi pur qu'il était joué dans le sud puis a été comme mixé avec des rythmes de ragtime qui envahissaient à l'époque les bars de Harlem notamment dans les années 1900 et avec des formes de musique klezmer que les Juifs avaient rendue populaire dans Lower East Side.

Un tel mélange qui ne pouvait être qu'explosif a suscité le développement de nouveaux sons qui aujourd'hui sont "vintage" : swing, bebop, hard pop, cool jazz... Le génie du jazz Duke Ellington, a joué un rôle essentiel dans cette évolution puisqu'il a rassemblé un grand nombre de musiciens talentueux afin d'explorer les possibilités de nouveautés de sons qui leur seraient propres.

Des noms maintenant des plus célèbres ont alors commencé à se faire connaître : Fletcher Henderson, Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Thelonious Monk.

Leur travail a favorisé l'apogée de Miles Davis, dont les classiques ont par la suite permis de dire de New York qu'elle était la capitale mondiale du jazz.

Folk

Folk

Ce n'est pas un hasard si le titre de la première émission télévisée de musique country des Etats-Unis émise chaque semaine de 1948 à 1950 s'appelait Village Barn : cela faisait référence à un bar dans The Village, New York. Lorsqu'il est devenu l'épicentre de la Beat Generation dans les années 1960, il est aussi devenu un haut lieu de la renaissance de la musique folk américaine qui avait déferlé sur la scène musicale.

Ce mélange magique de sensibilités folk a attiré un grand nombre de compositeurs en herbe à New York comme Bob Dylan, Dave van Ronk, Joan Baez, etc. Cela a généré une sorte d'atmosphère synergique rare, dans laquelle les artistes partageaient leur musique, leurs idées, se motivant les uns les autres, repoussant sans cesse les limites de la musique folk.

The Village n'a pas entièrement oublié la musique folk aujourd'hui. Nous recommandons donc aux amateurs de ce genre de musique de visiter le quartier et les bars et discothèques où la scène folk est passée de "populaire" to "éternelle".

Indie

CBGB

Si vous aimez la musique indépendante (indie) et que vous êtes à New York, vous avez de la chance. Les groupes reconnus internationalement ont historiquement connu la célébrité d'abord à New York.

L'exemple donné plus haut de la musique folk peut être appliqué à de nombreux genres de musiques indie nés dans la Big Apple : il y avait le mouvement punk en 1974 (The Ramones, Blondie ou The Talking Heads tous originaires du club CBGB qui se trouvait au 315 Bowery dans Bleeker Street), le mouvement New Wave et la musique née de la diffusion par Internet dans les années 2000 avec l'apparition de groupes maintenant célèbres comme The Strokes, Grizzly Bear, Vampire Weekend ou The Walkmen.